2 juillet 2017


Remington portable 1925

J’évoquais il y a 5 mois (ah bon, déjà ? mais qu’est-ce t’as foutu depuis tout ce temps) l’apparition de nouveaux thèmes. Ils tournent en général autour de l’écriture, sous toute ses formes.

En voici un forme particulière : les machines à écrire.

J’ai du manipuler ma première machine à écrire en même temps que mon premier stylo, autant dire que ça remonte à loin.

Par le plus grand des hasards (non, vraiment ? je te crois pas, ça n’existe pas le hasard), je me suis mise en quête d’une machine à écrire, et j’ai découvert un univers passionnant. Le risque, c’est de vouloir les collectionner, ce qui est très vite ruineux et consommateur de place.

En tout cas, j’ai commencé par acquérir une machine emblématique pour moi, d’un point de vue esthétique : une Remington portable, qui date en l’occurrence de 1925 et qui est en parfait état de marche.

Voici la bête en images, il suffit de cliquer pour voir les images à leur taille originale :

La boîte d’origine en bois marouflé de papier imitant la texture du cuir

Le système de fermeture basique mais efficace, la poignée d’origine en cuir, fatiguée

Vue d’ensemble sur la machine qui tient juste dans sa boîte, je rappelle que c’est une portable 😉

La machine hors de sa boîte

Vue du côté droit

Vue du côté gauche

Vue arrière. La machine est très compacte car sur ces 3 photos, on peut voir une quinzaine de fonctions différentes.

 

Quelques gros plans maintenant :

L’étiquette d’authenticité miraculeusement préservée

La marque et le modèle, préservés eux-aussi

La corbeille, c’est-à-dire l’ensemble des barres de caractères

Gros plan sur quelques caractères, nettoyés consciencieusement par Bibi un par un, à l’aiguille à coudre, au coton-tige et à la loupe

Le meilleur pour la fin, les touches typiques des années 20 : les touches sont plates, recouvertes d’un petit support (en papier ?) sur lequel est inscrit la lettre, puis protégées par une pellicule de plastique souple transparent et cerclées par une bague de métal.

Quelques touches et le sélecteur de couleur, car le ruban est bicolore, le luxe quoi

Ma touche préférée, minuscule et pourtant lisible

 

-Bon, c’est bien beau les photos, mais elle écrit cette machine ?

Ben oui, elle écrit, et même très bien. Il n’y a que le p minuscule qui pose un léger problème de décalage.

Ci-dessous, un texte de Baudelaire tapé sur un papier sumi-e japonais :

-Mais en fait, ça te sert à quoi une machine à écrire ?!

Faudra attendre le prochain article pour le savoir …

-Dans 5 mois ???!!

Laisser un commentaire