25 octobre 2010


Quand je découvre l’encrage

Suis dans ma période découverte ^_^

Tout a commencé avec ce dessin, dont je suis déjà assez contente, car bien que fait sur la base d’un modèle d’un bouquin, j’ai quand même pris des libertés et suivi ma propre idée. La bête tient dans un A4.

dragon graphite

Après l’avoir réalisé, je me suis dit que je pouvais en faire quelque chose de plus abouti. J’ai tout de suite pensé à la couleur, mais en l’état, je ne le voyais pas en couleur. J’ai alors pensé à en extraire « la ligne » comme on dit dans le milieu des illustrateurs, autrement dit les contours mis au propre en vue d’une colorisation ultérieure.

Seulement voilà, je n’ai jamais été très douée pour faire des lignes propres, mais je me suis dit que ce serait une bonne occasion de progresser sur le sujet.

J’ai donc fait une première tentative avec ce que j’avais sous la main, à savoir du papier à esquisse et un feutre. Ca a donné ça :

dragon feutre

Je n’étais pas satisfaite, en raison du caractère fluctuant des lignes. Bon, à cette dimension, vous ne voyez rien, c’est évident. Allez, hop, un petit zoom, pour vous montrer que l’épaisseur des lignes n’est pas constante :

dragon feutre zoom

La difficulté vient du feutre qui est trop fin pour réaliser des lignes suffisamment présentes. Du coup, je suis obligée de repasser sur les lignes que je souhaite épaissir, et ça donne des vagues. Beurk.

Pour avoir déjà potassé sur le sujet, je sais que l’encrage se fait à l’encre (wouah la découverte du siècle °_°) et soit à la plume, soit au pinceau. Je suis équipée d’une bonne plume, l’encre, c’est pas ce qui manque, seulement je n’ai pas trouvé à la maison un seul papier qui résiste à ce traitement. L’encre bave, diffuse, la plume accroche, voire arrache le papier …

Qu’à cela ne tienne, je me suis renseignée sur le ouebe, j’ai trouvé 3 possibilités, j’ai pris ma petite voiture pour aller acheter les papiers adéquats et zou !

Premier essai sur du papier layout, spécialement apprêté pour les dessins aux feutres. C’est du papier assez fin, translucide (mais pas autant que le calque), assez raide malgré sa finesse et ayant une surface lisse, sans grain. C’est un régal à utiliser. La plume glisse sans accrocher, l’encre ne bave pas et comme il est fin, l’usage de la tablette lumineuse en est facilité.

dragon layout

Vous allez me dire, mais on ne voit pas la différence avec le précédent. Ben si quand même, si on exclut le trait plus épais de la patte avant (une erreur). Mes traits sont plus réguliers, comme on peut le voir ci-dessous, tout simplement parce que je n’ai pas à repasser deux fois dessus :

dragon layout zoom

Ayant testé le premier papier, je passe au second, à savoir du calque. J’ai appris au passage que c’était assez courant d’encrer sur du calque, dès lors qu’on ne souhaite pas faire usage de l’original ainsi créé et que la colorisation sera faite sur ordinateur.

Alors là, c’était plus qu’un régal !!! La plume glisse sans aucune difficulté, l’encre se dépose régulièrement, c’est par-fait ! Les traits sont fluides, réguliers (sauf erreur d’exécution bien entendu). En plus, j’ai joué sur l’épaisseur des traits intérieurs/extérieurs avec deux plumes différentes pour donner un peu de diversité. Et ça passe au scanner.

dragon calque

Et un petit zoom pour constater la différence :

dragon calque zoom

Il faut garder en mémoire que je n’ai pas grande habitude dans le tracé de lignes et courbes à main levée à la plume. Il faut que je trouve ma façon de procéder pour avoir une bonne régularité tout en ayant des tracés plus expressifs. Mais j’estime que c’est un bon début.

Troisième essai, très différent : un encrage au graphite. Drôle d’idée, hein ? En fait, ça revient à utiliser le style « encrage », mais en ayant recours à un simple crayon graphite, tout simplement. Pour ce faire, j’ai opté pour un papier granuleux afin de donner un peu de caractère à ma ligne. J’ai aussi alterné avec une pointe bien taillée et une pointe biseautée. Et voilà le résultat :

dragon graphite canson

Evidemment, c’est très différent et surtout, ce dessin attend des compléments (ombrage, couleur, détails). L’avantage, c’est qu’il peut être mis en couleur soit en traditionnel (puisque le papier le permet, ce qui n’est pas le cas des essais précédents) soit en numérique.

Vous l’aurez compris, la suite, ce sera une mise en couleur, avec ma tablette graphique 😀

Mots-clefs : , , , , ,

2 commentaires pour “Quand je découvre l’encrage”

  1. Narcisse dit :

    Tu sais que la tablette graphique est également un des moyens les plus usités en ce qui concerne l’encrage?
    Maintenant que t’es équipée… 😉

    • Noon dit :

      Je crois qu’il va d’abord falloir que j’apprenne à bien encrer sur papier, parce que dessiner sur la tablette, c’est pas encore ça :-p
      Pour l’instant, je m’entraine au coloriage sans dépasser 😀

Laisser un commentaire