19 novembre 2010


Quand je découvre l’anatomie

Ou plutôt quand je re-découvre l’anatomie.

En fait, j’aurais dû commencer par là, dès le début …

Petit retour 6 ans en arrière : je découvre les crayons de couleur et je plonge dans le dessin. Fruits, légumes, objets de la vie quotidienne, quelques animaux, tout est prétexte à dessiner.
Une fois passée l’euphorie de la découverte et l’étape du dessin d’observation, je me tourne rapidement vers les personnages, sur le mode illustratif.
Désappointement : je n’arrive qu’à dessiner des silhouettes simplistes, mal proportionnées, dénuées de vie.

J’ai vite abandonné, je me suis tournée vers d’autres sujets, d’autres médiums, d’autres styles … j’ai perdu mon temps sur des forums, j’ai rencontré des gens sympas, tout ça 😀

Quelques années plus tard,  j’y suis revenue, j’ai acheté quelques bouquins d’anatomie (très beaux) … que je ne savais pas comment utiliser.

Nouvelle déception, nouvel abandon.

Et puis il y a quelques semaines (je vous passe les détails du cheminement) j’ai re-découvert un bonhomme, américain, prof d’anatomie dans les années 20, dont quelques bouquins sont re-édités régulièrement : il s’agit de George Bridgman.
En fait, ce prof a formé toute une génération d’artistes et d’illustrateurs américains, et est une sorte de référence outre-atlantique (un peu comme De Vinci ou Michel-Ange chez nous).

Il a aussi produit énormément de dessins et des textes pédagogiques. On trouve le tout pour des sommes tout à fait raisonnables, mais c’est en anglais.

Sur un blog, j’ai trouvé un conseil pour utiliser ses bouquins : lire et comprendre ce qu’on peut, recopier les dessins, puis utiliser une référence (photographique ou réelle) similaire et dessiner en essayant d’utiliser ce qu’on a compris. Assez pragmatique somme toute.

Les bouquins en question abordent l’anatomie selon deux axes :
– un axe global : étude des proportions, des postures, du mouvement
– un axe détaillé : étude de chacune des parties du corps

Les textes peuvent être assez laconiques, ce ne sont pas des précis d’anatomie, et les dessins ne sont pas des planches détaillées, juste des dessins sommaires. Mais c’est amplement suffisant.

Je travaille donc selon les deux axes en même temps. Je tente de copier les exemples des bouquins, mais sans les recopier trait pour trait. J’essaye plutôt de comprendre la structure qui sous-tend le dessin et de me l’approprier.
En parallèle, j’étudie précisément les différentes parties du corps (os, muscles principaux) et les mécanismes du mouvement.

Voilà donc quelques morceaux choisis (je ne vous montre pas tout, il y en a beaucoup et pas toujours réussi) :

– des études de postures :

Pour ces dessins, je n’ai aucunes références anatomiques, juste des dessins assez stylisés. J’utilise ces dessins comme des modèles, dont je me contente d’attraper la pose, le mouvement. J’essaye aussi de construire le personnage en volume pour lui donner du « poids ».
Au fur et à mesure que j’étudierai de façon détaillée les différentes parties du corps, ces dessins devraient devenir de plus en plus justes et nuancés, parce que les muscles et les os seront à leur place. Enfin je l’espère ^_^

– pour les études détaillées, j’ai commencé par le cou :

Toutes ces éléments intelligemment combinés entre eux, qui permettent de faire autant de mouvements différents, c’est passionnant. Et graphiquement, cela produit de belles formes.

Bien entendu, je ne fais pas des études de médecine, je me contente d’aborder les muscles principaux, ceux qui modèlent la surface du corps, et de comprendre la façon dont notre squelette peut se mouvoir. C’est suffisamment compliqué !

J’ignore combien de temps mon engouement va durer, ni s’il va produire quelques chose au bout du compte, mais si on n’essaye pas …

Mots-clefs : , , ,

2 commentaires pour “Quand je découvre l’anatomie”

  1. Agloup dit :

    … on ne saura jamais … 😉
    C’est bien, je vois qu’Anne à tout mis… C’est de l’anglais bien sûr pour être « racorps (et à cris) » avec le texte…

Laisser un commentaire